macron rencontre syndicat

Macron, quels sont les risques pour Emmanuel.
Macron a annoncé une grande concertation jusquà la mi-juin.
Emmanuel, macron compte aussi «faire de la pédagogie» auprès de groupes étrangers pour expliquer sexe club echangiste les réformes menées par la France.Le chômage est endémique en France depuis de nombreuses années et, bien quen voie damélioration, il atteint toujours 9,6 de la population active.Et de préciser : «Toutes les manifestations, les grèves pour l'amélioration du pouvoir d'achat, la défense des services publics, auraient dû inciter le pouvoir à écouter et changer de politique.».Emmanuel, macron avait annoncé qu'il ne participerait pas au rencontre eriba forum économique de Davos.Alors que certains syndicats menacent d'une nouvelle mobilisation si le gouvernement passe en force, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, les a prévenus qu'ils n'avaient "pas le droit de bloquer la France".Ce calendrier resserré est de nature à satisfaire les responsables patronaux qui demandent des réformes rapides.Macron entend rester ferme sur la question des ordonnances.Selon la cpme, représentant les petites et moyennes entreprises,.A la sortie, les principaux leaders syndicaux se sont montrés prudents, réclamant surtout un calendrier de réforme allongé.Les salariés, ils font ce qu'ils veulent lui a rétorqué Philippe Martinez, jugeant nécessaire que "les salariés se fassent entendre".Il estime que les premières rencontres avec les partenaires sociaux seront décisives.Discours de la méthode.



"Nous partageons des convictions mais nous ne sommes pas daccord sur tout a résumé Pierre Gattaz.
Ici avec Philippe Martinez (CGT a rencontré les leaders syndicaux mardi.
La CGT s'est aussi invitée.
À lire : Rassemblement dun «front social» à Paris contre Emmanuel, macron, propos recueillis par Guillemette de Préval.La CGT prête à se mobiliser.Ordonnances ratifiées "courant septembre".«La réforme du marché du travail doit aller vite, cest essentiel pour la confiance de déverrouiller echange pesetas contre euros le marché du travail», ce qui permettrait daméliorer les chiffres du chômage, a martelé Pierre Gattaz, le responsable de la principale organisation patronale, le Medef.Mais, comme l'a constaté la journaliste de RT France, aucun manifestant n'était présent sur les lieux, bien encadrés.Dans tous les cas,.Emmanuel Macron a rencontré ce vendredi les représentants.Le patronat veut aller vite.Les autres leaders syndicaux suivront mercredi).Macron, avec pour objectif essentiel de libérer lactivité des entreprises.Après une pause pour permettre à Emmanuel, macron de se rendre à lambassade de Grande-Bretagne à 14h30 suite à lattentat de Manchester, les entretiens se sont poursuivis dans l'après-midi.«Un ministre, il dit ce quil veut.La Croix : Peut-on parler de fronde sociale au sujet des contestations qui se sont déroulées au lendemain de lélection dEmmanuel.Le leader syndical attend néanmoins de voir "dans les faits" ce qu'il en sera, car Emmanuel, macron n'est pas "rentré dans le détail" de sa réforme.Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a mis en garde les syndicats contre toute épreuve de force.



LÉlysée a précisé, suite aux sorties des leaders syndicaux, que les discussions de la matinée ne portaient pas sur le calendrier et quil appartiendra au Premier ministre et à la ministre du Travail de fixer la date de bouclage de la réforme du droit.
Le numéro un de la CGT a laissé entendre quil pourra mobiliser des salariés en masse à la rentrée si nécessaire : "En général quand ils reviennent de vacances ils sont en pleine forme".


[L_RANDNUM-10-999]